Lettre ouverte des présidents d’APC-RCD au wali de Tizi-Ouzou.

Les présidents d’APC RCD de notre wilaya ont remis, aujourd’hui, mercredi 09 septembre 2009 à 13h00′, une lettre ouverte à Mr le wali de Tizi-Ouzou. Arborant leurs cocardes, ils ont chargé une délégation composée de 07 P/APC et du chef du groupe RCD à l’APW de remettre le courrier au premier responsable de la wilaya. La délégation a été reçue durant prés d’une heure par le wali, pendant que les autres maires et les élus APW les attendaient comme convenu dans l’enceinte du siège de la wilaya.

A sa sortie vers 14h30′, la délégation a rendu compte à l’ensemble des présents (P/APC, président du bureau régional, président de l’APW et des élus APW) des discussions engagées.

Le bureau régional a sitôt mis sur pied une commission de suivie et d’évaluation composée des membres de la délégation, d’élus APW, de parlementaires et de membres du bureau régional. Cette commission se réunira incessamment, à l’initiative du président du bureau régional de Tizi-Ouzou, afin d’évaluer cette action et les suites à lui donner.

Pour rappel, la décision de rendre public cette lettre au premier responsable de la wilaya de Tizi-Ouzou a été prise durant la réunion de coordination des différents groupes d’élus du parti (P/APC, Groupe APW et parlementaires) avec le bureau régional en date du  samedi 05 septembre 2009.

 Voici l’intégralité de la lettre ouverte.

Lettre ouverte à Monsieur le Wali de Tizi Ouzou 

Monsieur le wali, 

Deux années de gestion des communes parsemées de contraintes confirment, si besoin est, le constat affligeant que nous avons dressé et que vous avez relevé à votre arrivée. 

Dès notre installation, nous avons été invités à établir un programme quinquennal de rattrapage avec des promesses de disponibilités financières, pour nous retrouver au final réduits à des programmes communaux de développement (PCD) dont le montant est dérisoire au vu des attentes légitimes de notre population. Les nombreux engagements pris par vous-même pour l’octroi de PCD complémentaires n’ont jamais été tenus. 

Le programme d’amélioration urbaine n’a pas commencé deux années après, et constitue souvent une source de mécontentement de la population, d’autant plus que l’administration interdit la réalisation de tout projet à l’initiative des communes dans les périmètres concernés par ce programme. 

Les programmes « intempéries », censés être des opérations d’urgence n’ont pas abouti à ce jour. 

La mise sous tutelle du pouvoir de décision du maire, en le dépouillant graduellement de toutes ses prérogatives le place dans une position, d’impuissance face aux doléances des citoyens. 

Les comités techniques de daïra, conçus pour plus d’efficacité dans la prise en charge des problèmes des collectivités, ont montré leurs limites puisque les décisions collectivement arrêtées (APC, daïra et directions de wilaya) sont rarement exécutées.

Des problèmes que nous avons sans cesse soulevés, évalués et proposés pour prise en charge en temps opportun, ne trouvent leurs solutions, comme par enchantement, qu’une fois la population mécontente,  trouble l’ordre public. D’aucuns s’interrogent, Monsieur le Wali, quant au but recherché par cette politique de prime à la violence et au désordre, qui n’est pas sans risque d’une contagion générale. N’y a-t-il pas volonté de discréditer l’élu local ou de maintenir la région dans un état continuel de tension, véritable frein à son développement ? 

Vous comprendrez, Monsieur le Wali, que des problèmes aussi cruciaux que ceux des décharges publiques, des dépôts de plaintes des maires pour menaces à leur encontre qui n’aboutissent pas, des oppositions, des indemnisations foncières, des perturbations dans la distribution de l’eau et de l’électricité, de l’insécurité, de l’habitat rural, et la liste n’est pas exhaustive, doivent aussi trouver solution. 

Conscients de la difficulté de la tâche, de la nécessité de conjuguer nos efforts afin d’éviter les incompréhensions et harmoniser les interventions des différents acteurs du développement local, nous vous sollicitons, Monsieur le Wali, pour la mise en place d’un cadre de concertation permanent et périodique regroupant les P/APC et le Wali. Il permettra, sans nul doute, de donner un essor salvateur au développement de notre wilaya. 

Comptant sur votre franche collaboration et prompte intervention, veuillez croire, Monsieur le Wali, en l’expression de notre profond respect. 

Tizi Ouzou, le 09.09.2009 

Les Présidents des APC-RCD de la wilaya de Tizi Ouzou

Les présidents d’APC RCD de notre wilaya ont remis, aujourd’hui, mercredi 09 septembre 2009 à 13h00′, une lettre ouverte à Mr le wali de Tizi-Ouzou. Arborant leurs cocardes, ils ont chargé une délégation composée de 07 P/APC et du chef du groupe RCD à l’APW de remettre le courrier au premier responsable de la wilaya. La délégation a été reçue durant prés d’une heure par le wali, pendant que les autres maires et les élus APW les attendaient comme convenu dans l’enceinte du siège de la wilaya.

A sa sortie vers 14h30′, la délégation a rendu compte à l’ensemble des présents (P/APC, président du bureau régional, président de l’APW et des élus APW) des discussions engagées.

Le bureau régional a sitôt mis sur pied une commission de suivie et d’évaluation composée des membres de la délégation, d’élus APW, de parlementaires et de membres du bureau régional. Cette commission se réunira incessamment, à l’initiative du président du bureau régional de Tizi-Ouzou, afin d’évaluer cette action et les suites à lui donner.

Pour rappel, la décision de rendre public cette lettre au premier responsable de la wilaya de Tizi-Ouzou a été prise durant la réunion de coordination des différents groupes d’élus du parti (P/APC, Groupe APW et parlementaires) avec le bureau régional en date du  samedi 05 septembre 2009.

 Voici l’intégralité de la lettre ouverte.

Lettre ouverte à Monsieur le Wali de Tizi Ouzou 

Monsieur le wali, 

Deux années de gestion des communes parsemées de contraintes confirment, si besoin est, le constat affligeant que nous avons dressé et que vous avez relevé à votre arrivée. 

Dès notre installation, nous avons été invités à établir un programme quinquennal de rattrapage avec des promesses de disponibilités financières, pour nous retrouver au final réduits à des programmes communaux de développement (PCD) dont le montant est dérisoire au vu des attentes légitimes de notre population. Les nombreux engagements pris par vous-même pour l’octroi de PCD complémentaires n’ont jamais été tenus. 

Le programme d’amélioration urbaine n’a pas commencé deux années après, et constitue souvent une source de mécontentement de la population, d’autant plus que l’administration interdit la réalisation de tout projet à l’initiative des communes dans les périmètres concernés par ce programme. 

Les programmes « intempéries », censés être des opérations d’urgence n’ont pas abouti à ce jour. 

La mise sous tutelle du pouvoir de décision du maire, en le dépouillant graduellement de toutes ses prérogatives le place dans une position, d’impuissance face aux doléances des citoyens. 

Les comités techniques de daïra, conçus pour plus d’efficacité dans la prise en charge des problèmes des collectivités, ont montré leurs limites puisque les décisions collectivement arrêtées (APC, daïra et directions de wilaya) sont rarement exécutées.

Des problèmes que nous avons sans cesse soulevés, évalués et proposés pour prise en charge en temps opportun, ne trouvent leurs solutions, comme par enchantement, qu’une fois la population mécontente,  trouble l’ordre public. D’aucuns s’interrogent, Monsieur le Wali, quant au but recherché par cette politique de prime à la violence et au désordre, qui n’est pas sans risque d’une contagion générale. N’y a-t-il pas volonté de discréditer l’élu local ou de maintenir la région dans un état continuel de tension, véritable frein à son développement ? 

Vous comprendrez, Monsieur le Wali, que des problèmes aussi cruciaux que ceux des décharges publiques, des dépôts de plaintes des maires pour menaces à leur encontre qui n’aboutissent pas, des oppositions, des indemnisations foncières, des perturbations dans la distribution de l’eau et de l’électricité, de l’insécurité, de l’habitat rural, et la liste n’est pas exhaustive, doivent aussi trouver solution. 

Conscients de la difficulté de la tâche, de la nécessité de conjuguer nos efforts afin d’éviter les incompréhensions et harmoniser les interventions des différents acteurs du développement local, nous vous sollicitons, Monsieur le Wali, pour la mise en place d’un cadre de concertation permanent et périodique regroupant les P/APC et le Wali. Il permettra, sans nul doute, de donner un essor salvateur au développement de notre wilaya. 

Comptant sur votre franche collaboration et prompte intervention, veuillez croire, Monsieur le Wali, en l’expression de notre profond respect. 

Tizi Ouzou, le 09.09.2009 

Les Présidents des APC-RCD de la wilaya de Tizi Ouzou

Les présidents d’APC RCD de notre wilaya ont remis, aujourd’hui, mercredi 09 septembre 2009 à 13h00′, une lettre ouverte à Mr le wali de Tizi-Ouzou. Arborant leurs cocardes, ils ont chargé une délégation composée de 07 P/APC et du chef du groupe RCD à l’APW de remettre le courrier au premier responsable de la wilaya. La délégation a été reçue durant prés d’une heure par le wali, pendant que les autres maires et les élus APW les attendaient comme convenu dans l’enceinte du siège de la wilaya.

A sa sortie vers 14h30′, la délégation a rendu compte à l’ensemble des présents (P/APC, président du bureau régional, président de l’APW et des élus APW) des discussions engagées.

Le bureau régional a sitôt mis sur pied une commission de suivie et d’évaluation composée des membres de la délégation, d’élus APW, de parlementaires et de membres du bureau régional. Cette commission se réunira incessamment, à l’initiative du président du bureau régional de Tizi-Ouzou, afin d’évaluer cette action et les suites à lui donner.

Pour rappel, la décision de rendre public cette lettre au premier responsable de la wilaya de Tizi-Ouzou a été prise durant la réunion de coordination des différents groupes d’élus du parti (P/APC, Groupe APW et parlementaires) avec le bureau régional en date du  samedi 05 septembre 2009.

 Voici l’intégralité de la lettre ouverte.

Lettre ouverte à Monsieur le Wali de Tizi Ouzou 

Monsieur le wali, 

Deux années de gestion des communes parsemées de contraintes confirment, si besoin est, le constat affligeant que nous avons dressé et que vous avez relevé à votre arrivée. 

Dès notre installation, nous avons été invités à établir un programme quinquennal de rattrapage avec des promesses de disponibilités financières, pour nous retrouver au final réduits à des programmes communaux de développement (PCD) dont le montant est dérisoire au vu des attentes légitimes de notre population. Les nombreux engagements pris par vous-même pour l’octroi de PCD complémentaires n’ont jamais été tenus. 

Le programme d’amélioration urbaine n’a pas commencé deux années après, et constitue souvent une source de mécontentement de la population, d’autant plus que l’administration interdit la réalisation de tout projet à l’initiative des communes dans les périmètres concernés par ce programme. 

Les programmes « intempéries », censés être des opérations d’urgence n’ont pas abouti à ce jour. 

La mise sous tutelle du pouvoir de décision du maire, en le dépouillant graduellement de toutes ses prérogatives le place dans une position, d’impuissance face aux doléances des citoyens. 

Les comités techniques de daïra, conçus pour plus d’efficacité dans la prise en charge des problèmes des collectivités, ont montré leurs limites puisque les décisions collectivement arrêtées (APC, daïra et directions de wilaya) sont rarement exécutées.

Des problèmes que nous avons sans cesse soulevés, évalués et proposés pour prise en charge en temps opportun, ne trouvent leurs solutions, comme par enchantement, qu’une fois la population mécontente,  trouble l’ordre public. D’aucuns s’interrogent, Monsieur le Wali, quant au but recherché par cette politique de prime à la violence et au désordre, qui n’est pas sans risque d’une contagion générale. N’y a-t-il pas volonté de discréditer l’élu local ou de maintenir la région dans un état continuel de tension, véritable frein à son développement ? 

Vous comprendrez, Monsieur le Wali, que des problèmes aussi cruciaux que ceux des décharges publiques, des dépôts de plaintes des maires pour menaces à leur encontre qui n’aboutissent pas, des oppositions, des indemnisations foncières, des perturbations dans la distribution de l’eau et de l’électricité, de l’insécurité, de l’habitat rural, et la liste n’est pas exhaustive, doivent aussi trouver solution. 

Conscients de la difficulté de la tâche, de la nécessité de conjuguer nos efforts afin d’éviter les incompréhensions et harmoniser les interventions des différents acteurs du développement local, nous vous sollicitons, Monsieur le Wali, pour la mise en place d’un cadre de concertation permanent et périodique regroupant les P/APC et le Wali. Il permettra, sans nul doute, de donner un essor salvateur au développement de notre wilaya. 

Comptant sur votre franche collaboration et prompte intervention, veuillez croire, Monsieur le Wali, en l’expression de notre profond respect. 

Tizi Ouzou, le 09.09.2009 

Les Présidents des APC-RCD de la wilaya de Tizi Ouzou

PRESIFAURE |
John Cena |
DownPro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | melanie6415
| Actualités du Maroc et du m...
| clash03